Musée de la Romanité

La ville de Nîmes aurait pu se satisfaire de son riche patrimoine datant de l’époque romaine : la Tour Magne, la Maison Carrée, son célèbre amphithéâtre, les Arènes de Nîmes, et, à quelques kilomètres de là, le Pont du Gard. Cependant, les vestiges celtes, gaulois et romains de l’ancienne Nemausus, nom antique de Nîmes, sont nombreux. Il leur fallait un lieu prestigieux pour les exposer et raconter leur histoire. C’est ainsi qu’est né le Musée de la Romanité, édifice moderne, résolument tourné vers l’avenir, mais dialoguant sans cesse avec le passé afin de lui redonner vie.

Histoire d’un projet nîmois

Il était une fois en l’an de grâce 2006 des travaux pour l’aménagement des allées Jaurès. Un jour, en 2007, à l’occasion des fouilles préventives, les archéologues découvrent une ancienne maison romaine et deux mosaïques parfaitement conservées. Le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, propose alors la construction d’un musée contemporain, afin d’y abriter ces pièces remarquables ainsi que celles se trouvant dans l’ancien musée archéologique de la ville.

Après un concours lancé en 2011, le projet architectural est finalement confié à Elizabeth de Portzamparc. Le Musée de la Romanité de Nîmes est inauguré le 2 juin 2018. Cet élégant bâtiment rectangulaire, drapé d’une mosaïque de verre, fait face aux Arènes. Malgré les 2000 ans qui les séparent, ils se regardent et se tutoient. Ils partagent la même Histoire, celle du dieu gaulois Nemausus et de sa source sacrée, à partir d’où s’est développée l’actuelle préfecture du Gard.

Visite du Musée de la Romanité

Le Musée de la Romanité, à Nîmes, est devenu l’écrin de quelque 5000 pièces historiques racontant 25 siècles d’Histoire.

La visite débute en – 600 avant notre ère, à l’époque préromaine (VIIe s. av. J.C. – Ier s. av. J.C.), quand le lieu était occupé par les Volques Arécomiques, un peuple gaulois d’origine celte.

Elle se poursuit avec la période romaine (Ier s. av. J.C. – IIIe s. ap. J.C.), retraçant l’urbanisme, les arts, la vie quotidienne et les religions d’alors.
Vient ensuite la période médiévale (Xe siècle – XVe siècle). L’époque Romane affiche son art d’influences à la fois biblique et romaine. L’époque Gothique évoque le Moyen- ge, au cours duquel l’amphithéâtre a abrité un château, puis des habitations.

La dernière partie de la visite du parcours permanent se termine avec des maquettes des principaux monuments de Nîmes, réalisées au XIXe siècle.
Le musée expose des vestiges archéologiques : frontons, colonnes, chapiteaux, statues, amphores, pièces de monnaies, mosaïques, etc. Il propose également de nombreux supports numériques : vidéos, réalité augmentée, activités interactives…

Régulièrement, les conservateurs du Musée de la Romanité de Nîmes mettent en place des expositions temporaires, autour de thèmes précis et en collaboration avec divers institutions et musées, nationaux et internationaux.
Un musée ouvert sur la ville de Nîmes
Au-delà des expositions, permanentes et temporaires, le Musée de la Romanité de Nîmes est également un lieu de vie au cœur de la ville gardoise. Ainsi, il possède un auditorium pour y suivre des conférences et une librairie boutique proposant livres et objets divers autour des thèmes des expositions.
En accès libre, et attenant au musée, s’étend sur 3500 m2 un jardin archéologique. Il est conçu sur un plan de végétalisation qui reprend les trois grandes périodes de l’Histoire du parcours permanent : la période préromaine, la période romaine et l’époque post-romaine et son legs.
Le musée dispose aussi de deux espaces détente et restauration. Le Café du Musée est situé au rez-de-chaussée, avec vue sur les Arènes. Quant à la brasserie gastronomique tenue par deux chefs étoilés, La Table du 2, elle se trouve au 2e étage du Musée. On peut y accéder indépendamment de l’entrée au musée.
Enfin, ultime étape du parcours de la visite du musée, le toit-terrasse, ou rooftop, offre une vue à 360° sur la ville. De là-haut, on découvre bien évidemment les Arènes de Nîmes, toutes proches, sous un autre angle, ainsi que les monuments remarquables de la cité gallo-romaine :
Au loin, surplombant les Jardins de La Fontaine, se dresse la Tour Magne, point culminant des vestiges de l’enceinte romaine de la ville. Elle date de – 15 avant J.C.
Nîmes est dotée de nombreux édifices religieux visibles depuis le toit : l’église Saint-Paul, la cathédrale Saint-Castor, l’église Saint-Baudile, l’église Sainte-Perpétue et Sainte-Félicité de Nîmes, le temple de l’Oratoire…
On distingue également des bâtiments civils comme la Préfecture, le Palais de Justice, le Musée des Beaux-Arts, le lycée Alphonse Daudet, etc.

Nîmes, une ville musée

Après la visite du Musée de la Romanité, il est agréable de flâner dans la ville à la rencontre de ces monuments prestigieux, dont la majestueuse Maison Carrée, bâtie sur les plans d’un temple grec, au Ier siècle de notre ère. À une vingtaine de kilomètres de Nîmes, le Pont du Gard est un incontournable de la région. Cet aqueduc romain à trois étages, mondialement connu, et remarquablement conservé, date lui aussi du Ier siècle et alimentait en eau la ville de Nîmes.
Le Musée de la Romanité ainsi que les principaux monuments ou musées peuvent être visités avec un billet unique à choisir parmi le Pass Romanité (Musée de la Romanité, les Arènes, la Maison Carrée et la Tour Magne), le Romanité Tour / Nîmes – Pont du Gard (Musée de la Romanité, les Arènes, la Maison Carrée, la Tour Magne et le Pont du Gard) ou le Pass Musées de Nîmes (Musée de la Romanité, Carré d’Art Musée, Musée des Beaux-Arts, Musée d’Histoire naturelle, Musée du Vieux Nîmes et Musée des Cultures Taurines).
Le musée est ouvert tous les jours d’avril à octobre de 10 h à 19 h, et tous les jours sauf le mardi de novembre à mars de 10 h à 18 h.

Vous pouvez également lire :

Florent
 

Reçois un code promo Airbnb
Profite d'une réduction de 35€ sur ton prochain voyage !
Recevoir mon code !